¤ Forum de soutien, l'Officieux | Ségolène Royal 2007 ¤


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 12 Mai 2006 : Disours de Rodez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Webmaster
Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 370
Age : 27
Localisation : Val d'oise
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: 12 Mai 2006 : Disours de Rodez   Dim 8 Oct - 9:57

Disours de Rodez

"La juste autorité de l’Etat"

Chers camarades et chers amis de Rodez et de l’Aveyron,

Je suis très heureuse d’être parmi vous aujourd’hui, dans ce Rouergue où l’on sait ce que lutter veut dire, de la révolte des croquants contre l’impôt de guerres qui n’étaient pas les leurs à la résistance du plateau du Larzac que sut entendre et comprendre François Mitterrand en mettant fin au projet d’extension du camp militaire. La droite de l’époque avait tenté en vain d’imposer par la force une décision impopulaire prise sans concertation. Il fallut, pour que la raison et la justice l’emportent, 10 ans de mobilisation non violente et l’arrivée de la gauche au pouvoir un certain mois de mai 81. On sait ici, d’expérience, faire la différence entre l’autoritarisme obtus et la juste autorité, entre un pouvoir qui contraint au nom de quelques uns et un pouvoir légitime garant de l’intérêt général.


Je crois que les Français n’attendent pas seulement des hommes et des femmes politiques qu’ils détaillent par le menu les mesures qu’ils comptent prendre mais d’abord deux choses :


- la première c’est qu’ils les associent plus directement à l’élaboration et à la mise en œuvre des décisions qui les concernent ; qu’ils fassent le pari de l’intelligence collective plutôt que de s’en tenir aux cercles étroits d’une expertise dont les citoyens sont exclus ;

- la 2è chose que les Français veulent savoir, c’est au nom de quelle vision du pays et de son devenir, au nom de quels principes ayant force d’engagements, ceux et celles qui briguent leurs suffrages orienteront, avec eux, l’action et les politiques publiques.


Y a-t-il aujourd’hui un dénominateur commun à tous ces désordres vécus dans la vie économique, sociale, familiale, scolaire et publique ? Y a-t-il, en amont des réponses concrètes à apporter dans chacun de ces secteurs, une idée-force qui fasse le lien, qui redonne de la cohérence et du sens ? Dans un monde où l’on peine à retrouver ses marques et qui semble tout déstabiliser, tout précariser, quels nouveaux repères et quels nouveaux points d’appui partager ?


La politique, ce n’est pas un catalogue de recettes technico-techniques, fussent-elles excellentes. C’est une affaire autrement sérieuse et profonde que la simple gestion ou administration des choses, fût-elle performante.



On dit que nos concitoyens ne s’intéressent pas à la politique, on les dit trop individualistes, trop égoïstes, trop consommateurs, trop zappeurs, trop je ne sais quoi encore. Ce n’est pas exact. Je crois, moi, que les Français s’intéressent à la politique quand les enjeux en valent la peine et qu’ils savent pouvoir peser (l’intensité des débats sur l’Europe et la récente mobilisation contre le CEP l’ont amplement prouvé). Mais ils doutent souvent de la capacité des politiques à les entendre, à influer utilement sur le cours des choses pour les orienter dans un sens qui tienne compte de leurs aspirations et ne soit pas une suite de capitulations devant la loi des plus forts, devant les privilèges de l’argent, de la naissance ou de la géographie. Ils s’intéressent à la politique quand la politique s’intéresse vraiment à eux. A condition qu’elle soit ce qu’elle doit être : en prise sur les choses essentielles vécues par tous et sur lesquelles chacun s’interroge.


Est-ce un chaos irrésistible qui, petit à petit, détruit toutes les règles du jeu auxquelles nous étions habitués ou pouvons-nous rendre heureuse la mutation que nous vivons si nous savons la comprendre, la maîtriser et l’orienter dans le sens du bien commun ? Est-ce à l’économie de dicter partout sa loi ? Comment élever et éduquer des enfants dans des familles qui se sont profondément transformées et une école qui doit faire face à des problèmes nouveaux ? Quelles sécurités légitimes inventer et bâtir pour que l’avenir ne se réduise pas, comme disent les marseillais d’I AM, « à la minute d’après le but » (même si, dans quelques semaines, la France vibrera au rythme des matches de foot) ? Y a-t- il sinon un « modèle » français du moins une façon à la française d’aborder ces questions en étant à la fois forts de notre histoire et en phase avec notre époque, capables de puiser dans notre héritage et de nous inspirer de ce qui, ailleurs, fait ses preuves en matière de solidarités efficaces ? Faut-il se résigner aux ghettos (de riches et de pauvres), voir le communautarisme partout (même là où il n’est pas) ou croire encore que la France est capable d’un destin collectif qui n’exclue aucun des siens, où qu’ils soient et d’où qu’ils viennent ? Où faut-il serrer la vis et où faut-il lâcher la bride ? Sommes-nous condamnés à subir, dans tous les domaines de la vie privée et collective, des évolutions qui s’imposent à nous malgré nous ou n’y a-t-il pas une façon plus créative et plus constructive non seulement d’y faire face mais d’en tirer parti ?


Toutes ces questions et bien d’autres encore me renvoient à la même conviction : contre le désordre des choses et le dérèglement des conduites, il est possible de rétablir un ordre juste qui ne soit pas l’illusoire retour aux manières de faire du passé. A condition que nous ayons, à gauche, le bon fil à plomb et que nous tenions fermes sur le principe fondateur d’un ordre solidaire autrement ambitieux que l’ordre au petit pied du tout sécuritaire sur fond de dérive vers le précariat pour tous.


Ce principe, je l’appelle la juste autorité.


Les Français sont fatigués et exaspérés des désordres et des insécurités qui écrasent les plus démunis et fragilisent tous les autres, à l’exception de quelques uns : ceux qui prônent le risque pour autrui tout en ayant des salaires et des parachutes dorés qui les mettent à l’abri de tout risque, ceux qui peuvent s’offrir les meilleurs quartiers sans savoir comment on vit dans une cité ou dans une zone pavillonnaire péri-urbaine ou en milieu rural, ceux qui ont les moyens de choisir l’école de leurs enfants et râlent contre les impôts qui financent le service public de l’éducation nationale.


Les Français sont fatigués et exaspérés qu’en dépit des promesses, le chômage de masse ne recule pas et qu’on leur fasse croire que le remède à la pauvreté et à la précarité c’est… encore plus de précarité à coup de CNE, de CPE et de démantèlement sans contre partie du code du travail. Ceux qui ont un emploi vivent dans la hantise de le perdre, ouvriers, employés et cadres stressés par des conditions de travail qui mettent la pression maximum sur les salariés.


Dans beaucoup d’entreprises, on remet frontalement en cause les accords négociés de RTT en usant et abusant du chantage à l’emploi. Signes alarmants d’une dégradation de la vie au travail : les maladies et les troubles physiques et psychiques sont en augmentation tout comme la consommation d’alcool, de psychotropes et même de drogues à l’atelier ou au bureau. Les profits s’envolent au CAC 40, les actionnaires et en premier lieu les fonds de pension anglo-saxons exigent une rentabilité à court terme et une gestion plus financière qu’industrielle qui sont destructrices d’emplois et incitent aux licenciements boursiers. Les salaires, eux, stagnent et de plus en plus de familles peinent à joindre les deux bouts.


Que doivent faire les pouvoirs publics ? Rétablir des règles du jeu équitables. Rééquilibrer les rapports du capital et du travail. Assurer les sécurités nouvelles qu’exige l’évolution économique moderne et qu’ont su mettre en place, par exemple, les socialistes suédois et danois. La responsabilité politique doit s’exercer là où il le faut pour que la liberté d’entreprendre ne dérive pas vers la liberté d’exploiter.


Sur le front économique et social, il est urgent d’exercer, sans confondre les rôles, une juste autorité capable de promouvoir une solidarité bien comprise et une démocratie sociale plus vivante. Car ceux qui n’ont pas d’emploi veulent travailler et ceux qui en ont un n’ont pas à être désignés comme responsables du chômage des autres pour cause d’attachement à des « privilèges » exorbitants ! Aux uns, tous les droits et aux autres, tous les devoirs ? Nous avons plutôt besoin d’un équilibre juste des droits et des devoirs.


Alors que l’insécurité économique et sociale gagne du terrain, le comportement de la puissance publique se doit d’être irréprochable. L’ordre suppose la justice et l’exemple. Une mauvaise conduite à la tête de l’Etat constitue un vrai facteur d’insécurité car pourquoi respecter des règles dont les puissants et les gouvernants s’affranchissent ? Le ton martial masque mal la disqualification morale. Pour que les appels à la civilité et à la citoyenneté soient crédibles, il faut plus que jamais que la République tienne ses promesses de liberté, d’égalité et de fraternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.segoleneroyal2007.new.fr
Webmaster
Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 370
Age : 27
Localisation : Val d'oise
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: 12 Mai 2006 : Disours de Rodez   Dim 8 Oct - 9:58


Un Etat qui se respecte est un Etat respecté, producteur de sécurités individuelles et collectives. L’autoritarisme, fait de coercitions sur fond d’injustices, n’est pas l’autorité car il crée des révoltes donc des désordres. L’autorité vraie « oblige », au sens le plus noble d’une obligation librement consentie, sans avoir besoin de s’imposer par la force. L’autorité vraie suppose un pouvoir légitime et reconnu comme tel.


Autorité : le mot nous vient du latin où il signifiait augmenter, accroître, instituer et garantir dans la durée un espace commun dans lequel chacun se reconnaisse. Nous sommes passés, de l’Antiquité à nos jours, d’une autorité fondée sur la tradition, sur le passé, à une autorité fondée sur la transmission et tournée vers le futur. L’inverse du « no futur » : une promesse d’avenir à garantir dans le présent. Un désir d’avenir


L’autorité, la vraie, suppose la reconnaissance et la réciprocité. L’autorité, la vraie, est une force qui relie les uns aux autres et se porte garante du collectif, pas un ferment de division et de fragmentation sociale, pas un facteur d’irresponsabilité au sens où l’on ne « répond » plus de ses actes mais n’a qu’une obsession : durer, durer à tout prix dans l’accaparement d’un pouvoir privé d’autorité. Simone Weil, la grande philosophe qui choisit la condition ouvrière, a eu cette phrase très juste : « l’obéissance à une autorité qui n’est pas illuminée de légitimité, c’est un cauchemar ». Ce cauchemar est aujourd’hui celui de la France dont les gouvernants agitent d’autant plus les instruments de leur pouvoir qu’ils sont dénués d’autorité.


La juste autorité à laquelle je crois n’est pas le retour en arrière vers un système périmé où les inégalités étaient légion. Elle est également aux antipodes de la table rase et du « il est interdit d’interdire ». Je sais que le mot autorité fait parfois froncer le sourcil à ceux qui le confondent avec des dérives autoritaristes et des tyrannies domestiques qui ne nous sont plus tolérables. Je le prends, moi, dans le beau sens que lui donne Hannah Arendt pour qui « la responsabilité du monde prend la forme de l’autorité ».

Voilà pourquoi je ne crains pas d’en faire le fondement solide d’une politique de gauche clairement engagée du côté de l’égalité réelle et de la responsabilité mutuelle.


C’est le sens qui m’a guidée lorsque, Ministre de la Famille, j’ai fait voter la loi sur l’autorité parentale pour qu’elle soit partagée à égalité entre les deux parents et mieux à même d’assurer la protection et l’éducation des enfants, quelle que soit la forme de la famille ou l’évolution du couple. Les juristes appellent ça « une fonction d’ordre public » : cela signifie que, dès lors que la filiation est établie et l’autorité parentale conférée, on ne peut se dérober à sa responsabilité. L’autorité parentale est ce par quoi les parents sont reconnus par la société et se reconnaissent eux-mêmes comme « auteurs » de leurs enfants : pas au sens biologique mais au sens de ceux qui instituent l’enfant à sa juste place et qui, ayant hérité, transmettent à leur tour. Il leur revient d’assurer l’affection, la protection et les interdits structurants qui permettront à l’enfant, personne en devenir, d’accéder au monde commun et d’y créer, le moment venu, quelque chose de neuf. La pire des violences faites à un enfant, c’est la confusion des places dont l’inceste et la pédophilie sont les formes extrêmes mais dont les formes bénignes sont aujourd’hui très présentes dans notre société : des adultes parfois infantiles ou des adolescents poussés trop tôt vers l’âge adulte. Or, ce qu’une génération doit à l’autre, c’est la limite. La tâche des pouvoirs publics est d’aider les familles qui éprouvent des difficultés à assumer leur parentalité parce que leur histoire personnelle y fait obstacle ou parce que la paupérisation et la précarité voire les discriminations contribuent à les disqualifier et à ruiner leur autorité.


A l’école aussi, c’est de juste autorité qu’on a besoin. Ni de laxisme ni d’autoritarisme mais de missions clairement refondées, sans confusion des rôles, de règles justes qui s’imposent aux adultes comme aux élèves, de preuves données que l’échec scolaire n’est pas une fatalité, que le travail, l’effort, le mérite sont récompensés et chacun individuellement épaulé pour qu’aucun élève ne vive sa scolarité comme un ennui ou une souffrance, ce qui est le cas d’un grand nombre d’entre eux, au grand découragement d’enseignants qui se sentent souvent plus livrés à eux-mêmes qu’efficacement aidés. Cette autorité-là, appuyée sur un ordre scolaire vécu par tous comme juste, est la meilleure prévention des violences à l’école et des ressentiments qui explosent à l’improviste. Plutôt que des policiers dans les établissements et l’apprentissage à 14 ans, ce que j’ai constaté dans les collèges lorsque j’étais Ministre de l’Enseignement scolaire et que je constate aujourd’hui dans les lycées de ma région, c’est l’importance, pour réussir, d’équipes pédagogiques soudées et motivées, au clair sur leur projet et cohérentes dans leurs relations avec les élèves.


Les adolescents attendent des adultes des encouragements, des points d’appui et des cadres pour avancer, pour exprimer leurs talents et renforcer leur confiance en eux à un âge où cela ne va pas de soi. Les paroles qui blessent ou qui rabaissent détruisent l’estime de soi, l’humiliation ne réconcilie pas avec l’école. D’autant plus que les jeunes ne sont pas dupes de la relégation qu’ils subissent et de la ségrégation scolaire qui fonctionne, hélas, très bien avec la sectorisation. Cela a beaucoup pesé dans les émeutes de l’automne. La juste autorité telle que la conçois suppose de la tenue, de l’empathie, du respect.


L’Etat démissionnaire n’est pas celui auquel je crois. Tous ces désordres et toutes ces insécurités minent le moral des Français et leur foi en l’avenir. Il est possible de faire autrement. La France doit faire place aux générations suivantes et assurer cette transmission qui est la condition de leur liberté et de leur responsabilité ultérieures, de leur inscription dans l’histoire collective et de leur capacité à en inventer demain la suite.


Je crois, moi, possible et nécessaire d’aider les familles qui ont des difficultés à exercer leur métier de parents et de créer, notamment, un véritable service public de la petite enfance qui soulage les mères, allège la tâche des familles monoparentales et celle des femmes salariées, majoritairement abonnées aux petits salaires et aux contrats précaires.


Je crois, moi, possible et nécessaire de soutenir plus efficacement la réussite scolaire des enfants dont les conditions de vie sont les plus difficiles en logeant plus correctement leurs familles, en réduisant là où c’est utile le nombre d’enfants par classe de CP et de CE1 pour donner dès le départ le goût d’apprendre et les habitudes de travail qui permettront de suivre à l’école, en organisant des études gratuites après les cours où chacun pourra faire ses devoirs et apprendre ses leçons avant de rentrer chez lui, en mettant en place des internats-relais pour les élèves qui en ont besoin.


Je crois, moi, possible et nécessaire de créer en France, avec les partenaires sociaux et 50 ans après la Sécurité Sociale historiquement fondée sur les seuls droits des salariés, de nouveaux droits attachés à la personne, avec ou sans travail, qui sécurisent, tout au long de la vie, les parcours professionnels, offrent les formations nécessaires, permettent de se reconvertir et de rebondir quand on perd son emploi ou quand on veut tout simplement en changer, assurent aux salariés le filet de sécurité dont ils ont, dans le contexte actuel, tant besoin et aux entreprises, notamment celles exposées à la concurrence internationale, une souplesse qui ne débouche pas, pour celles et ceux qui travaillent, sur toujours plus de flexibilité subie et de précarité financière.


En guise de conclusion et parce que cette semaine de mai est, pour nous, l’occasion de nous souvenir de François Mitterrand, permettez-moi de vous dire deux ou trois choses qui m’ont particulièrement marquée durant toutes ces années où j’ai eu la chance de travailler à ses côtés. Elles éclairent, à mes yeux, sa conception exigeante de l’action politique qui reste, pour moi, un guide pour l’action.


François Mitterrand savait l’importance du temps long : celui de la lente sédimentation de l’histoire de France, qui nous a faits tels que nous sommes, et celui indispensable pour inscrire dans la durée une ambition transformatrice et fédératrice. Mais il avait aussi ce sens du moment où l’on peut accélérer l’histoire, ce sens de l’occasion qui surgit et qu’il faut empoigner car, a-t-il écrit, « le pouvoir véritable, c’est la décision qui fait l’événement ».


François Mitterrand savait les vertus de la ténacité, du cap gardé sur l’essentiel sans céder aux agitations conjoncturelles et superficielles. Dans le combat politique, il trempa ce trait de caractère qui fut, sa vie durant, une dimension du courage qu’il estimait nécessaire à l’exercice des plus hautes responsabilités. Il l’appliqua sans faiblesse dans un monde où, hier comme aujourd’hui, il faut une forte volonté politique pour ne pas céder aux forces de destruction qui fragmentent la Nation, écrasent les plus faibles, insécurisent les peuples et barrent tout espoir d’un avenir partagé


Cette leçon de courage, je me souviens qu’il avait voulu nous la donner lors du dernier Conseil des Ministres du gouvernement auquel j’appartenais. La route, nous avait-il dit, sera longue. Rien ne vous sera épargné. Soyez fidèles à vos convictions, restez à l’écoute des Français et n’oubliez jamais que la cause que nous servons est plus grande que nous.


Voilà de quoi, ce soir, je voulais vous parler parce que cela me tient à cœur et pour partager avec vous une réflexion à laquelle je vous invite à participer dans les semaines et les mois qui viennent, pour l’enrichir de vos idées et de vos expériences. J’ai besoin de vous et je vous remercie chaleureusement d’être là pour que nous construisions ensemble un beau désir d’avenir.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.segoleneroyal2007.new.fr
 
12 Mai 2006 : Disours de Rodez
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» panier loola modele 2006
» Mercato hiver 2005 2006
» Que choisir juillet août 2006
» Quel siège auto dans une polo 2006 pour un bébé de + de 12m?
» URGENT URGENT URGENT BMW 318D PACK LUXE SPORT 2006 52000KMS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
¤ Forum de soutien, l'Officieux | Ségolène Royal 2007 ¤ :: Actualité de Ségolène Royal : 2006 :: Retranscriptions des Interventions et discours Tv ou Radios de Ségolène Royal-
Sauter vers: