¤ Forum de soutien, l'Officieux | Ségolène Royal 2007 ¤


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 12 Octobre 2006 : Ségolène Royal a tiré les leçons du non

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Webmaster
Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 370
Age : 27
Localisation : Val d'oise
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: 12 Octobre 2006 : Ségolène Royal a tiré les leçons du non   Jeu 12 Oct - 9:12

"Ségolène Royal a tiré les leçons du non"

Par Renaud Pila

Jean-Louis Bianco, l'un des porte-parole de la députée des Deux-Sèvres éclaire pour LCI.fr sa méthode pour "débloquer l'Europe".

"Le problème n'est pas institutionnel" affirme-t-il.

LCI.fr : Le discours de Ségolène Royal sur l'Europe marque une inflexion et une primauté du politique sur l'économique. C'est la victoire des partisans du "non" au traité européen ?

Jean-Louis Bianco, porte-parole de la candidate : Ce sont plutôt les leçons du "non". Les gens ne se sont jamais approprié l'Europe et n'y comprennent rien. Pourtant, il y a un désir d'Europe. Beaucoup de gens s'intéressent à cette question. Il y a donc une inflexion forte dans son approche mais Ségolène Royal demeure partisane d'une intégration européenne. Tous les gens honnêtes, qu'ils aient fait campagne pour le "oui" ou le "non" ont dû tirer les leçons de cet échec. On ne peut pas avancer sans les peuples.

Le problème n'est pas institutionnel. L'Union européenne n'est pas plus ingérable aujourd'hui qu'il y a deux ou trois ans. L'Europe est faible car elle manque de leadership et de vision. Il faut commencer par se demander pourquoi nous sommes ensemble et ce que l'on veut faire ensemble. Faisons preuve de pragmatisme.

LCI.fr : Concrètement, quel est le calendrier pour "débloquer l'Europe" ?

J.L B : Dans un premier temps, il faut changer de méthode. Ségolène Royal veut construire l'Europe par la preuve, la rebâtir autour de réalisations concrètes pour reconstruire un lien de confiance. Ainsi, elle propose d'affecter une part de la fiscalité existante sur les carburants à un budget européen propre pour financer un programme de réseaux de transports (ferroutage, autoroute de la mer, Galileo).

Ensuite, il faut préparer dès maintenant la présidence française qui interviendra en 2008. Une présidence européenne réussie se prépare tôt. L'idée est de prévoir une convention pour réformer les institutions, une convention rassemblant des parlementaires nationaux et européens, des experts et des syndicalistes. En effet, un accord seulement négocié entre les gouvernements ne passerait pas dans l'opinion. A l'issue des travaux de la convention, tous les pays européens se prononceraient le même jour sur le texte final.

Parallèlement, il faut populariser l'idée européenne. Un travail au sein du Parlement européen, au sein des parlements nationaux, des débats au niveau local et une consultation des citoyens sur internet doivent redonner aux citoyens un désir d'Europe. Nous devons discuter de cette consultation avec nos partenaires européens.

LCI.fr : Lors de ses entretiens dans les capitales européennes (Rome, Bruxelles, Madrid), quel écho a eu ce nouveau discours ?

J.L B : Un écho positif, même en Allemagne. Les Allemands (SPD et CDU) ont finalement compris le rejet français du traité européen. La difficulté avec notre voisin viendra de leur volonté, tout du moins officielle, de poursuivre le processus de ratification. Mais comme l'a affirmé Ségolène Royal, le traité européen est caduc. C'est un fait juridique. Nous n'allons pas faire revoter les citoyens sur un texte bricolé. Il faut changer de méthode.

LCI.fr : Il y a deux semaines, vous avez accompagné Ségolène Royal au Sénégal. Quelles leçons tirez-vous de ce voyage ?

J.L B : Le but était de voir ce qui marche en matière de co-développement même si les journalistes nous ont questionné sur l'immigration. Or ce sujet sera abordé plus longuement par Ségolène Royal ultérieurement. Ce qui a été très encourageant, c'est de voir au Sénégal des projets qui fonctionnent et qui ne coûtent presque rien. On peut les multiplier par dizaine. C'est un petit message d'espoir face aux images horribles des clandestins qui échouent sur les plages des Canaries. Il faut populariser ces expériences concrètes dans les pays africains et chez nous.

Un exemple, des femmes sénégalaises ont crée grâce au micro-crédit une activité qui permet aux jeunes adultes de vivre de la pêche. C'est récent mais cela marche et permet de fixer les populations dans le pays. Il faut donner aux projets innovants les moyens de se développer grâce à une coopération décentralisée pilotée par les régions et les ONG. C'est le sens de la proposition de Ségolène Royal que 20% de l'aide européenne soit allouée à ce type de coopération.

LCI.fr : Dans ces pays, il faut décentrer l'action au niveau local à cause d'une faillite du pouvoir central ?

J.L B : Oui, localement, il n'y a pas de pertes dûes aux lourdeurs démocratiques ou à des détournements de fonds. Cela ne remet pas en cause dans ces pays l'importance d'un Etat fort mais il faut privilégier les circuits courts.




Sources : http://tf1.lci.fr/infos/elections-2007/0,,3341413,00-segolene-royal-tire-lecons-non-.html

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.segoleneroyal2007.new.fr
 
12 Octobre 2006 : Ségolène Royal a tiré les leçons du non
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrêté royal : Obtention de la carte de Vétéran
» Ségolène Royal : 400 000 euros de subvention aux syndicats
» le préservatif Selon Ségolène Royal
» 16 octobre: Journée d’action internationale !
» RFA : Royal Fleet Auxiliary

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
¤ Forum de soutien, l'Officieux | Ségolène Royal 2007 ¤ :: Actualité de Ségolène Royal : 2006 :: Revue de presse de Ségolène Royal-
Sauter vers: